1985

Janvier 1985, Interrégionaux à Châlons sur Marne.
En prévision des championnats de France à St-Etienne, d'Europe en Bulgarie et du monde au Mexique, Jean-Luc Tricoire a montré qu'il était déjà en forme en arrivant premier avec 561 points.

Février 1985, championnats de France de tir à Saint-Etienne.

La SMTC n'y est pas présente, elle n'a pas envoyé à temps ses inscriptions.

Toutefois, les tireurs châlonnais ont pu prendre part aux épreuves, mais hors match. En totalisant 552 pts, Jean-Luc Tricoire a réussi un point de mieux que le champion de France Abihssira.

Avec Jean-Marc Chartron et Michel Bastien, la SMTC aurait remporté la médaille d'argent par équipes.


Mai 1985, championnats départementaux, Châlons.

Au sanglier courant, Jean-Luc Tricoire arrive premier en vitesse olympique avec 582 points et en vitesse mixte avec 387 points.


Juin 1985, Sélections nationales du sanglier courant à Vittel.

Jean-Luc Tricoire a amélioré de deux points (588 contre 586) son record de France en vitesse olympique. Et en vitesse mixte, il réalise 387 points, à trois points (390) de son reocrd de France.


Juin 1985, Match International, Munich.

Avec tous les meilleurs tireurs mondiaux, hormis les Chinois, Jean-Luc Tricoire se classe troisième avec 587 points, en vitese olympique, derrière un tireur est-allemand (589) et un tireur norvégien (588). 


Juin 1985, Interligues à Châlons.

En vitesse olympique, J-L Tricoire arrive premier avec 584 points.

En vitesse mixte, il arrive également premier avec 387 points.


Juillet 1985, championnats de France à Gien.


Les débuts sont difficiles : pas un Senior ne franchira la barre des 290 en vitesse lente. Abihssira s'en approche (289), puis Tricoire (287). Derrière, le grand vide sidéral : 281 Roubaud, 280 Denée et Brochard, 279 Gasquet.

Vitesse rapide : Tricoire place tout de suite la barre très haut : 295 est un beau score de vitesse... lente, qui en dit long sur le potentiel du châlonnais. Le total n'est « que » de 582, mais, un jour ou l'autre, il alignera deux passes d'égale longueur, et cela fera très mal (surtout dans une grande occasion).

Jean-Luc a ce qu'il faut dans la tête pour cela. Derrière, Abihssira assure le premier accessit : il sort un très joli 289. Total : 578. David a retrouvé la confiance en lui, le sérieux en match et (pour ceux qui en doutaient) ses capacités de recoller au top niveau international. C'est son meilleur score en championnat, de très loin, et pour la première fois le voici dauphin de Jean-Luc.

La place de troisième va permettre d'étrenner le nouveau règlement : Michel Denée, qui assure 281 en vitesse rapide va se retrouver au coude à coude avec Chartron. Jean-Marc a raté sa vitesse lente (274...), mais il réalise une superbe rapide : 287. Mais lui aussi devrait un jour réussir un match « complet ».

Le barrage s'impose. Denée et Chartron ont dû se concerter : ils tirent chacun 91 sur dix balles rapides. Michel, plus rompu aux poussées d'adrénaline, tient mieux le coup : 96. Trop haut pour Jean-Marc (93) qui recueille, une fois de plus, la médaille de bois.

Passons au match mixte : vraie revanche. David Abihssira frappe d'entrée : 196. Jean-Luc est à 3 points (Il a vu pire, et quand on le connaît...). Derrière, déjà le trou : Denée et Roubaud sont distancés (187) mais Kloser voit enfin ses efforts récompensés : 188 le place pour la première fois parmi les « podiumables ».

Quelques heures après, tout est joué : David a tenu jusqu'au bout cette fois-ci, et de quelle manière ! 389. C'est tout simplement le deuxième meilleur score français jamais réalisé en grand match. A 1 point du record de Tricoire. C'est très fort. Jean-Luc reconnaît le travail bien fait : Il s’incline à 3 points. (Il rumine sa revanche). Voilà qui nous assure pour l'avenir un noyau de haut niveau en Equipe de France. Michel Denée assure nettement la troisième place, avec 376.

En équipe, même classement en Olympique et en Mixte : Châlons/Marne (1673 et 1107), R.C. Marseille, U.S.P.E.G., Libourne.


Article de Bernard GASQUET (les Cahiers du Pistolier)

Novembre 1985, Championnats de Champagne.

A Châlons-sur-Marne, Jean-Luc Tricoire se classe premier avec 381 points et par équipe la SMTC arrive première.


Décembre 1985, Assemblée générale de la SMTC.

Michel Bastien détailla les excellents résultats obtenus par les 153 licenciés de la société : 192 médailles d'or, d'argent et de bronze : deux internationaux : Jean-Luc Tricoire et Jean-Marc Chartron ; trois titres nationaux au sanglier courant individuel avec Tricoire et collectif (2) avec Tricoire, Chartron, Mouzin et Bastien ; une relève assurée au sanglier courant avec les juniors Laurence Deguerne (qui a été la première fille à "tirer" à ces championnats de France), Antoine et Stéphane Machet, troisième par équipes.

Fin janvier 1985. 
A l'occasion de l'assemblée générale de la SMTC, un joli trophée a été remis au tireur Jean-Luc Tricoire, meilleur sportif châlonnais pour 1984.

C'est un véritable objet d'art qu'a reçu à cette occasion Tricoire, un trophée en granit noir dessiné et gravé par Christian Philippon à la Marbrerie marnaise. Il représente tout simplement mais de façon remarquable le tireur châlonnais au-dessus de la baie de Los Angeles.


"C'est la première fois que je personnalise un sportif" reconnut Christian Philippon dont l'oeuvre fut vivement appréciée par l'assistance.


Gien 1985


Assemblée Générale SMTC, décembre