1999

Février 1999, Championnat de France à 10m à Châlons en Champagne

Jean-Luc Tricoire à domicile


Triple sélectionné olympique, double champion du monde en 1983 et 1987, le châlonnais Jean-Luc Tricoire participera à ce championnat de France à la carabine sur cible mobile. Et il n'aura pas loin à aller. Puisqu'il sera à domicile.

"Ca fera tout drôle de disputer ce championnat à Châlons" reconnait-il, effectivement plus habitué à se déplacer pour une telle compétition à laquelle il participe depuis plus de vingt-ans. "Ca sera mieux car cela fera moins de frais, mais en même temps il manquera le "folklore" qui va avec un déplacement" ajoute ce tireur qui aura plus l'impression "d'aller à son stand pour un entraînement".

Mais, il le sait parfaitement, il ne s'agira pas d'un entraînement mais bien d'un championnat de France au cours duquel il visera un nouveau titre à la cible mobile, voire même les deux avec la vitesse mixte et la vitesse olympique. Il disputera alors les sélections nationales avant d'imaginer la suite. "Cela dépendra de mon total de points ; si je ne suis pas au niveau, cela ne vaut pas le coup de disputer un championnat d'Europe" confie celui qui fêtera à la fin du mois de mars ses... quarante-six printemps. Peut-être un peu émoussé par le poids des ans (et soucieux de sa famille et de son travail), Jean-Luc reste néanmoins l'un des meilleurs tireurs français sur cible mobile.

Et il sera fier et heureux d'évoluer à domicile : "un championnat de France, surtout à 10m, reste un honneur pour une ville, et la grande fête du tir qui permettra d'une part aux participants et aux accompagnateurs qui ne connaissant pas Châlons, de découvrir notre région, et d'autre part aux Châlonnais de voir comment se passe un championnat, et d'approcher des grands champions". Les meilleurs seront en effet là : "un championnat de France reste" conclut Jean-Luc Tricoire, "un passage obligatoire pour les compétitions internationales futures". 

Championnats de France, le 13 février
Avec son ancien champion du monde, le club rafle quasiment chaque année, titre individuel et par équipe. Avec 349 points, Jean-Luc Tricoire a obtenu la médaille de bronze derrière Delphin 1er (357) et Abihissira 2ème (351). Par équipe, la SMTC finit également troisième.

Championnats de France, le 14 février

D'un lieu habitué jusque-là à la confidentialité, Jean-Luc Tricoire avait fait, rien que par sa présence, une réplique miniature de la ville préfectorale. C'est à peine si, une fois le déjeuner pris, tout Châlons s'était donné rendez-vous derrière l'enfant du pays, venu chercher, à 46 ans, un énième titre de champion.

La veille, pour son entrée en lice dans le concours de la cible mobile olympique, le crack maison s'était échiné à maintenir sa carabine légèrement surélevée, laissant quelques plumes dans la bagarre. "Je n'ai pas l'habitude de tirer à cette hauteur-là. En vitesse lente, mon bras a fatigué", déclarera-t-il après son sacre.

Car l'homme n'est pas du genre à se laisser démonter par un tir trop bas. Il rattrapait le coup en vitesse rapide, pour terminer les séries en trombe et attaquer la finale à la meilleure place. Le titre par équipe étant déjà dans la poche pour Châlons, le jeune Fabien Dez étant lui aussi médaillable, il ne restait plus à Tricoire qu'à faire parler le métier.


"C'eût quand même été dommage de ne pas faire 1er chez moi", commentera le vétéran du SMTC.

Il fait donc 638.9 points (544 avant finale) devant Delphin et Dez. 

Championnats de France, le 15 février

De l'avis de tous les participants, la tenue de ce championnat a été exceptionnelle. Bilan d'une organisation réussie. Ses médailles d'or, la SMTC les a obtenus à la cible mobile, en vitesse olympique, grâce au senior Jean-Luc Tricoire de nouveau champion de France à 10 mètres (son dernier titre remontait à... 1995), à la féminine Laurence Tilloy(Deguerne) et à l'équipe Jean-Luc Tricoire, Fabien Dez et Michel Bastien. Quant aux médailles de bronze, elles ont été obtenues par Jean-Luc Tricoire à la vitesse mixte, à l'équipe Tricoire-Dez-Tilloy en vitesse mixte également et à Fabien Dez, troisième en vitesse olympique.




Décembre 1999, Sportif châlonnais du vingtième siècle (vote des lecteurs du journal l'Union)

Le palmarès :

1er Jean-Pierre Boulard (cyclisme) 2606 points

2ème Jacques Herbillon (boxe) 2516 points

3ème Jean-Luc Tricoire (tir) 2132 points

4ème les frères Lauvaux (athlétisme) 2017 points


Jean-Luc Tricoire a enlevé la troisième place devant les frères Lauvaux dont le stade qui porte le nom a facilité le souvenir. "Je ne pensais pas pas être dans le peloton de tête car le tir n'est pas trop médiatique", a souligné Jean-Luc Tricoire en apprenant ce palmarès.